03 NOV 15 0 commentaire
Ligamentoplastie du ligament croisé antérieur

Ligamentoplastie du ligament croisé antérieur

La réparation du ligament croisé antérieur (LCA) du genou est l’une des interventions les plus pratiquées en chirurgie du sport. Le Dr Vincent Wassermann, chirurgien orthopédiste, pratique cette opération sous arthroscopie, c’est-à-dire sans ouvrir l’articulation du genou.

 

Les entorses du genou sont des lésions fréquentes qui surviennent le plus souvent lors d’accidents sportifs. Les sports les plus visés sont ceux dits « pivot contact », où le pied est bloqué alors que le corps tourne, comme les sports de ballon. Toutefois, tous les sports peuvent être concernés.

 

Ces entorses sont une distension ou une rupture des ligaments qui stabilisent l’articulation du genou. Ainsi, les atteintes des ligaments peuvent être partielles ou complètes. L’atteinte du ligament croisé antérieur est l’une des plus classiques. Sa rupture complète peut engendrer une instabilité du genou avec des sensations de dérobement et des douleurs, ce qui est particulièrement invalidant pour la pratique sportive.

 

De plus, ces phénomènes d’instabilité du genou peuvent créer ou aggraver des lésions méniscales (les ménisques sont les amortisseurs du genou). Ainsi, en cas de rupture du ligament croisé antérieur, le genou peut s’abîmer anormalement au cours du temps, ce qui engendre une usure du cartilage, appelée arthrose.

Le traitement de ces entorses du ligament croisé antérieur passe toujours d’abord par une rééducation adaptée, souvent après une période d’immobilisation. Parfois, la rééducation seule permet d’éviter l’opération.

En cas de persistance des symptômes, l’intervention chirurgicale est nécessaire.

 

Description de l’intervention

Elle consiste à remplacer ce ligament (cela s’appelle une ligamentoplastie) par un greffon qui est prélevé lors de l’intervention. On peut par exemple utiliser une partie du ligament patellaire (tendon rotulien) ou deux tendons plus petits situés en dedans du tibia (droit interne et demi-tendineux ou DIDT). Aucun des types de transplant n’a montré une supériorité l’un par rapport à l’autre.

 

Progrès

Ces interventions pratiquées depuis des dizaines d’années ne cessent de progresser et se font maintenant couramment sous arthroscopie (vidéochirurgie) ce qui permet essentiellement de simplifier les suites opératoires. Par exemple, concernant la ligamentoplastie au ligament patellaire (appelé aussi Kenneth Jones ou KJ), le Dr Beaufils a développé une technique de prélèvement moins invasive à l’aide de deux petites incisions permettant de diminuer les douleurs résiduelles.

De même, la ligamentoplastie faite avec le demi tendineux a également été particulièrement améliorée avec le développement de la technique dite du « DT4 », qui consiste à n’utiliser que le demi-tendineux comme greffon, replié alors sur lui-même.

 

Résultats

Les résultats sont généralement très bons avec une amélioration nette de la stabilité du genou. La récupération est longue avec une reprise du sport au bout de 6 mois. Pour les sports pivots en compétition, il faudra même compter 9 mois.

 

Conclusion

La rupture du ligament croisé antérieur est une pathologie fréquente touchant particulièrement les sportifs.

Les techniques de ligamentoplastie sont de moins en moins invasives, permettant une récupération plus rapide, et une diminution des complications.

Ajouter un commentaire

Ajouter un message

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

 

Partager cet article avec un ami

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

 

Votre message a bien été envoyé.